Découvrez la Corderie royale a Rochefort et l’arsenal des mers

La corderie royale a Rochefort est un grand musée qui se situe dans les bâtiments de l’ancien arsenal de Rochefort, au bord  la Charente, non loin du centre historique. Il comporte en fait plusieurs espaces à visiter, des expositions temporaires et permanentes, souvent en lien avec l’histoire maritime et le riche passé de la ville de Rochefort.

La corderie est le plus grand bâtiment de l’arsenal (374 mètres de long ), qui servait à réaliser des cordages en Chanvre. Le bâtiment date de 1666 et est aujourd’hui lassé au titre des monuments historiques. Il abrite aujourd’hui plusieurs administrations.

L’emplacement de la construction – près de la Charente, sur un terrain vaseux- a nécessité de préparer le terrain en posant une fondation de quadrillage de chênes, ce qui en fit une sorte de ‘radeau flottant’. La construction dura plus de 3 ans et mobilisa plus de 700 ouvriers.

Les bâtiments seront presque intégralement détruits lors de la seconde guerre mondiale, puis des travaux seront entrepris à partir des années 60 à l’initiative du contre-amiral Maurice Dupont. Après son classement, c’est l’architecte Michel Mastorakis qui supervisera la réhabilitation des bâtiments.

La corderie royale de nos jours

Aujourd’hui, le bâtiment principal est occupé par le centre international de la mer, qui bénéficie d’une bibliothèque spécialisée comptant  plus de 8000 références.

Vous pouvez visiter la corderie et découvrir ainsi l’ancienne manufacture de cordage, voire participer à l’atelier matelotage pour apprendre à faire des nœuds, et même réaliser un bracelet ou un porte-clés en faisant des nœuds marins.

La corderie royale fait partie d’un site touristique appelé l’arsenal des mers. Cet ensemble comprend la corderie royale, la frégate l’Hermione, le musée national de la Marine, L’accro-mâts, Océana Lumina – un parcours de lumières, l’école de médecine navale, etc…

Les autres sites de l’arsenal des mers

La frégate l’Hermione

L’Hermione  (l’original) était un navire éclaireur, plus léger et maniable qu’un navire de guerre, et fut construit à la fin du 18ème siècle à Rochefort. Le navire quitte Rochefort en 1780 pour participer à la guerre d’indépendance des Etats Unis, avec à son bord le Marquis de La Fayette et au commandement le comte de Tréville, dit Latouche-Tréville.

La visite permet de découvrir la réplique – grandeur nature – de la frégate reconstruite à partir de 1994 à Rochefort. Vous y découvrirez la vie des marins de L’Hermione en mer, en écoutant le gabier,  membre d’équipage de l’Hermione, qui vous guidera pour la visite. Vous découvrirez aussi  l’histoire de l’Hermione, sa construction, le déroulement des manœuvres, les canons, etc… Il faut compter 1h30 pour la visite.

Le musée national de la Marine

La visite du musée national de la marine dans l’hôtel particulier du seignuer de Cheusses vous permet de découvrir la collection unique de différents objets en lien avec l’histoire de la Marine: les instruments de navigation, les armes,  les tableaux sont nombreux. 

L’école de médecine navale

Vous pouvez visiter l’École de médecine navale restée dans le même état qu’au 19e siècle.  Vous pourrez découvrir en 1h30 de visite les salles d’enseignement, la bibliothèque, et même découvrir les différentes collections que les collections – ethnographiques, anatomiques, ou botaniques.

L’accro-mâts

L’accro-mâts est un parcours similaire à un parcours d’accrobranche situé tout près du chantier de l’Hermione dans l’arsenal des mers. La seule différence réside dans l’esthétique du parcours, qui vous laisse penser que vous ‘volez’ de mâts en mâts sur une frégate ancienne, 30 m au-dessus du sol, avec vue sur la Charente et l’Hermione.

Photos de La corderie royale a Rochefort

© Plus de photos sur france-fotostock.com

Histoire des fondations de la corderie royale a Rochefort

L’histoire des fondations de la corderie de Rochefort mérite d’être connue. Voici  un extrait du témoignage de Théodore Blois dans Histoire de Rochefort

La corderie royale est le premier bâtiment qui a été fait à Rochefort. Elle est terminée par deux pavillons, et ornée d’un troisième au milieu, c’est une des belles corderies qui fut dans le royaume. Elle est a deux étages de 4 toise de largeur entre les murs et de cent quatre-vingt dix toises de longueur. La face en est magnifique.

Nature du terrain choisi

Le lieu qu’avait choisi M. Blondel, pour asseoir cette grande masse, était une belle prairie, longue d’environ deux cent cinquante toises, sur une largeur de plus de cinquante au plus étroit, enfermée d’un côté par la rivière de Charante, et de l’autre par un canal.

La première chose qu’il fit fut de fonder le Terrain en plusieurs endroits. Il reconnut qu’au dessous de la première croute qui était environ de deux pieds de terre noire et de gason, il y avait une couche de glaise très ferme et solide par le haut, épaisse de dix a douze pieds, qui s’amollissait petit à petit se terminait en boue ou vase molle et demi liquide, de la même nature qu’est celle des bords et du fond de la rivière ; et ce mauvais terrain continuait sous la glaise à si grande hauteur, qu’il ne put jamais en trouver le fond, ni trouver d’autre terrain dessous. 

Les défis techniques

Son édifice devait être trop considérable pour le servir de la pratique des maçons du pays, qui dans ces situations mettent les premières assises de leurs bâtiments sur l’herbe, sans rien creuser pour leurs fondations, parce que deux pieds de bonne terre liée et affermie par les racines des herbes, suffisent pour soutenir la masse de leurs édifices et empêcher qu’ils ne ressentent les mouvements de la glaise dessous, et ce prudent architecte ne voulant pas le lier à la glaise pour y piloter, fondé sur le malheur tout récemment arrivé au pont de Saintes, qui avait été renversé par les efforts de la glaise, qui en se tourmentant avait chassé les pilotis, et par conséquent causé la ruine du Pont ; parce que la glaise éventée et tourmentée jette, en se renflant, tout ce qu’on a mis dedans et dessus.

Le parti qu’il trouva fut de fonder une grille de charpente en platte forme, comme il avait vu fabriquer en semblables occasions en Hollande et ailleurs, et particulièrement à la citadelle du Havre de Grace, que M. d’Argencourt, sur un terrain presque semblable, avait fondée de cette manière, aussdi bien que l’ouvrage à Corne de Brouage.

 

 

Autres photos

© Plus de photos sur france-fotostock.com

Histoire des fondations … (suite)

Voici  la suite du témoignage de Théodore Blois 

M. Blondel, fort de ces expériences, fit tracer sur le terrain les largeurs qu’il voulait donner aux fondations des murs, tant du contour de la corderie et des bâtiments qui devaient l’accompagner que de ceux qu’il avait résolu d’élever jusqu’au rez de chaussée seulement, en forme de traverses, de quatre en quatre toises par le dedans, pour lier les principaux murs l’un avec l’autre.

Les affouillements

Il fit creuser environ cinq pieds sur le plan de la prairie, c’est-à-dire trois pieds dans le massif de la glaise, puis ayant fait mettre avec une grande exactitude le fond s de ces fouilles partout sur un même niveau, il fit asseoir une grille de longues pièces de bois de chènes de 10 à 11 pouces, assemblées l’une à l’autre, tant plein que vuide et à queue d’aronde dans toute l’étendue des fondations, c’est-à-dire sous les murs de traverses, aussi bien que sous les murs principaux, sur laquelle ayant fait étendre en platte forme un lit plat de madriers du même bois, de 3 ou 4 pouces d’épaisseur, bien assis sur un même niveau, et bien chevillés sur tous les bois de la grille.

La construction

Il fit coucher les premières assises des fondements faits de beaux quartiers de libage, avec de longues boulines et construire les murs de bonne maçonnerie à plomb par dedans et par retraite en dehors, jusqu’ à la hauteur de quatre pieds et demi, ou cinq pieds au dessus du plan de la prairie, sur lequel il voulut que celui de la corderie fut élevé jusqu’à cette hauteur, afin de le tirer des incommodités des eaux de la rivière, qui débordant quelque fois, et principalement aux grandes marées, couvrait la plus grande partie des prairies voisines.

Il fit asseoir les murs sur ce fondement, mais avec tant d’uniformité dans toute son étendue, qu’il n’a jamais souffert que l’on posa une pierre pour commencer une assise, dans aucun endroit du pourtour, que l’assise de dessous ne fut entièrement achevée, afin que toute la masse prenant son faix également partout, le terrain sous la grille ne fut jamais plus pressé d’un côté que d’autre. 

 

Rochefort ou Rochefort-sur-mer est des principales villes de Charente-Maritime connue pour son port, la corderie royale,  et depuis quelques années par la réplique de l’Hermione.

Louez votre maison de vacances en direct a Rochefort

 

Découvrir les alentours

Arc de Germanicus a Saintes

L’Arc de Germanicus a Saintes est un arc datant de l’antiquité romaine situé  dans la ville de Saintes, au bord de la Charente, près du centre historique de la ville, et de l’abbaye aux dames.

Pont transbordeur du Martrou a Rochefort

Le pont transbordeur du Martrou se situe au sud de Rochefort, en direction de Royan et l’île d’Oléron. Il permettait le transport des véhicules dans un pont suspendu au-dessus de la Charente

Fregate L’Hermione a Rochefort

La Fregate L’Hermione a Rochefort est une réplique d’un navire de guerre français, frégate  de trois-mâts construite à l’arsenal de Rochefort.

Trouver une location de vacances près de La corderie royale a Rochefort

Visitez loclilala-vacances.com

Visitez notre site et louez votre maison de vacances en direct

 

Loclilala-vacances.com est un site de référencement de locations de vacances en direct, de particulier a particulier.

Photos de vacances a Rochefort

Découvrez les plus beaux lieux de Meschers en photos